Menu

ujack

Paillage et couverture organique efficace sont les alliés des jardins soignés

Le paillage au jardin a plusieurs utilités, il empêche le développement des adventices et leur levée, il garde le sol plus frais et évite l'effet de tassement de la surface et il favorise aussi la vie dans le sol. Mais quels sont les gestes à adopter?

Il est naturel et vital de couvrir la terre. On le voit bien dans les espaces sauvages quand la terre est à nue elle meurt petit à petit. Tout autour de nous la terre est recouverte de débris végétaux, de feuilles mortes et par des plantes couvres sol. Cette dernière solution est possible avec des espèces persistantes, mais dans nos jardins actuels les sols ne sont pas couverts toute l'année. En hiver les effets du vent et de la pluie peuvent le dégrader. Il faut donc agir mais avant tout bien préparer son "chantier", observer la nature et utiliser la biologie des plantes. Quels sont les moments les plus propices? Toutes mes plantes ont elles les mêmes besoins?

 

feuilles

Il faut tirer partie de tous les "déchets" de votre jardin.

 

Pour les arbustes à fleurs, les rosiers et les vivaces, c'est à la fin de l'automne qu'il faut pailler. Cela correspond à la période ou toutes les feuilles des caduques sont à terre. Ce moment est particulièrement indiqué car la terre a déjà profité de quelques bonnes pluies et cette fraîcheur ne doit pas se transformer systématiquement en inondation. Par contre pour les zones cultivées de façon annuelle il est essentiel d'adapter l'épaisseur pour pouvoir planter les jeunes plantes au printemps. Dans ce cas une action en deux temps est nécessaire. Un pré-paillage léger en base hivernale et un second passage quand les plantes auront pris de la vigueur. Le paillage est le théâtre d'une activité biologique intense. Selon les matériaux utilisés la dégradation par les champignons, bactéries et décomposeurs est plus ou moins rapide mais quoiqu'il en soit inévitable. il faut donc bien dégager le collet de vos plantes. Deux autre éléments importants à prendre en compte. Le paillage doit être en surface et non enfoui . Important car l'enfouissement des matières non décomposées mobilise les micro-organismes et appauvri momentanément le sol. Cette faim d'azote aurai donc un effet contraire sur la pousse des plantes. Il faut également penser à bien désherber, le paillage n'est pas un désherbant. Un paillis n'étouffera pas les espèces résistantes et traçantes comme le liseron et le chiendent.

 

paillage

Cosses de sarasin, ecorces de pin, bois fragmenté, aiguilles de pin, broyage de lin ou de miscanthus.

 

Tout paillage organique se transforme en humus, mais le temps de décomposition et la qualité du sol dépendent des matériaux utilisés. il faut rajoutez régulièrement de la matière et cela peut être une bonne idée que d'en mélanger plusieurs. Ne pas pailler par vent fort si votre matière est légère. Si vous utiliser La cosse de sarrasin, les feuilles mortes sèches ou les paillettes de lin, n'oubliez pas d'arroser avant, de disposer des couches fines, de les arroser, de répéter cette action pour chaque couche colle à la précédente. Terminez éventuellement par une couche de matière plus lourde qui lestera le tout, par exemple du BRF. Un bois raméal fragmenté n'est pas obligatoirement un produit du commerce. Gardez toutes vos tailles de vivaces ligneuses, petite branches de vos arbres et arbustes, coupez les grossièrement à la cisaille dans une brouette ou encore mieux avec un petit broyeur électrique. Pour des plates bandes ou les plantes aiment et tolèrent les terres acides, le paillage d'écorces de pin est possible, il a l'avantage de ne pas se dégrader trop vite. De même pour les aiguilles de pin qui peuvent êtres précieuses.

 

pin

Paillage efficace contre les mollusques : ecorces de pin et aiguilles font un barrage aux limaces.

 

hostas

Un bon paillage limite les feuillages en dentelle.

 

La technique de la lasagne très utilisée au potager est une alternative au bêchage fastidieux de zones difficiles. Cela permet après un premier désherbage de garder le sol propre plus longtemps. Les "mauvaises herbes" ne pourront pas se développer à travers la lasagne. Cette technique de paillage entend une immobilisation d'au moins une saison mais fait des merveilles dans la préparation de nouveaux massif. Le principe est de superposer plusieurs couches et d'éventuellement répéter selon un ordre régulier. Une couche de cellulose (papier journal, cartons) en base entre le sol et la lasagne, puis des couches de 7 à 10 cm de matière vertes, sèches puis compostées comme illustré en dessous.

 

lasagne

Principe de la lasagne.

 

Vous l'aurez compris, des massifs propres et en bonne santé ne signifie pas obligatoirement un désherbage drastique en période de pousse. C'est un gain de temps et d'énergie que de suivre la biologie des sols. Cela permet aussi avec les années d'améliorer la structure et les qualité d'un sol. Important quand on a pour projet d'installer dans son jardin des plantes un peu plus exigeantes. Paillage... l'essayer c'est l'adopter.

 

1 Commentaire

  • Le charme dAdam
    Le charme dAdam vendredi 14 juillet 2017 16:11 Lien vers le commentaire

    Bonjour, merci pour cet article clair et pédagogique.

    En tant que jardinier j'utilise tous les moyens à ma disposition pour couvrir et nourrir la terre. Soit toute sorte de paillage à commencer par les chutes de la tonte soit l'installation de plantes couvre-sol.

    Enfin pailler ça permet également d'être créatif!
    Bonne continuation!
    Ruben

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Log In or Register

fb iconLog in with Facebook